Ibrahim Kamara : « Sauver l’honneur contre l’Ouganda »

Ibrahim Kamara : « Sauver l’honneur contre l’Ouganda »




Premièrement, l’adversaire en face était costaud et ensuite, nous avons une équipe de jeunes qui n’ont pas réussi à entrer comme il se doit dans la compétition face à des sélections nationales types comme celle de la Zambie qui a plusieurs Can et Chan dans les jambes.

Deux défaites contre la Namibie et la Zambie, les carottes sont cuites pour la Côte d’Ivoire…
Nous savions que ce match allait être très difficile. Car il y avait en face une très bonne équipe de la Zambie. Nous étions venus faire valoir nos droits. Hélas, ça n’a pas marché. Maintenant, il faut chercher à finir en beauté cette compétition, éviter de sortir par la petite porte.

Lire aussi :   Découvrez le message d'adieu de Ronaldinho


Encore une fois, les ténors tels que Togui, Fonsinho n’ont pas brillé…
Je ne cesse de le répéter, ce sont de jeunes joueurs. C’est la première fois qu’ils participent à un tournoi de haut niveau avec tout ce que cela comporte comme pression. Loin de moi l’idée de leur trouver des excuses, mais, c’est ce que je trouve comme explication. Ils ont le talent. Je crois plutôt que ce type de rendez-vous est fait pour les aguerrir. Je sais qu’individuellement, chaque joueur va tirer des leçons. Je suis convaincu que ces jeunes joueurs vont grandir.

Concrètement, qu’est-ce qui n’a pas marché face à la Zambie ?
Premièrement, l’adversaire en face était costaud et ensuite, nous avons une équipe de jeunes qui n’ont pas réussi à entrer comme il se doit dans la compétition face à des sélections nationales types comme celle de la Zambie qui a plusieurs CAN et CHAN dans les jambes. Idem pour la Namibie et l’Ouganda qui se sont présentés avec l’ossature de leur équipe fanion. C’est un choix que nous avons fait par rapport à l’avenir et nous assumons. Cela dit, nous avons bien débuté le match, on a essayé de percuter sur les ailes, mais on n’a pas insisté et nous perdons à la fin.

Lire aussi :   Sio incertain pour la réception de Metz


La crise du football en Côte d’Ivoire n’a-t-elle pas eu une influence négative sur cotre équipe ?
Je ne pense pas. Nos défaites ici, à Marrakech, sont purement techniques. Rien à voir avec ce qui se passe entre les dirigeants au pays. Nous avons manqué de percussion sur l’ensemble des deux matchs.